L'agriculture biologique

Tout savoir sur l’agriculture biologique

(Mis à jour le: 15 octobre 2019)

Avec les questions de écologiques actuelles, les consommateurs font de plus en plus attention aux produits qu’ils veulent avoir dans leur assiette. Manger plus sainement, avec notamment plus de fruits et légumes, est une très bonne initiative que les personnes essaient d’intégrer dans leur régime alimentaire. Mais parmi les fruits et légumes, certains sont cultivés avec des pesticides, ce qui peut également causer des problèmes de santé à long terme. C’est ainsi que s’est développée l’agriculture biologique au cours du XXème siècle. Nous allons maintenons tout vous dire sur ce mode de culture qui connait un succès grandissant à travers de plus en plus de pays.

Histoire de l’agriculture biologique

Avec l’utilisation accrue de produits chimiques et de pesticides dans l’agriculture, les pionniers du premier mouvement biologique ont commencé à chercher de nouvelles solutions alternatives aux problèmes de chauffage tels que l’épuisement des sols, la qualité médiocre des aliments et l’alimentation du bétail, suivis de la pauvreté rurale, de l’érosion et déclin des variétés de cultures, pour n’en nommer que quelques-uns.

L'agriculture biologique

Le mouvement organique moderne a débuté au début du XXème siècle, principalement en Europe et plus tard aux États-Unis. Les prémisses de l’agriculture biologique datent de 1840, année où le chimiste allemand Justus von Liebig a développé la théorie de la nutrition des plantes minérales. Plus concrètement, les concepts de l’agriculture biologique ont été développés au début des années 1900 par Sir Albert Howard, FH King et Rudolf Steiner et d’autres pensant que l’utilisation de fumier animal (souvent transformé en compost). Leurs théories s’appuient sur des systèmes de cultures de couverture, de rotation et de lutte antiparasitaire à base biologique dans un meilleur système agricole.

La demande d’aliments biologiques a été stimulée dans les années 1960 par le livre « Silent Spring », écrit par Rachel Carson, qui a documenté l’ampleur des dommages environnementaux causés par les insecticides. L’agriculture biologique est désormais de plus en plus répandue chez un nombre grandissant d’agriculteurs !

Label Bio

L’agriculture biologique est définie officiellement par les gouvernements. Les agriculteurs doivent être certifiés pour que leurs produits soient étiquetés « biologiques ». Des normes biologiques spécifiques s’appliquent aux cultures, aux animaux et aux produits fabriqués dans la nature et à la transformation des produits agricoles. Les normes biologiques de l’Union européenne (UE) et des États-Unis, par exemple, interdisent l’utilisation de pesticides de synthèse, d’engrais, de radiations ionisantes, de boues d’épuration et de plantes ou produits génétiquement modifiés.

Dans l’UE, la certification et l’inspection des produits biologiques sont effectuées par des organismes de contrôle des produits biologiques approuvés conformément aux normes de l’UE. L’agriculture biologique est définie dans les normes biologiques nationales du Département de l’agriculture des États-Unis (USDA) depuis 2000, et il existe de nombreux certificateurs biologiques accrédités dans tout le pays.

Engrais biologiques

L'agriculture biologique

Étant donné que les engrais synthétiques ne sont pas utilisés, la création et le maintien d’un sol riche et vivant grâce à l’ajout de matière organique constituent une priorité pour les agriculteurs biologiques. La matière organique peut être appliquée par l’application de fumier, de compost et de sous-produits animaux, tels que la farine de plumes ou la farine de sang. En raison de la possibilité d’abriter des agents pathogènes humains, les normes biologiques nationales de l’USDA prescrivent que le fumier brut doit être épandu au plus tard 90 ou 120 jours avant la récolte, selon que la partie de la récolte récoltée est en contact avec le sol.

Le compost ajoute de la matière organique, fournissant un large éventail d’éléments nutritifs aux plantes, et ajoute des microbes bénéfiques au sol. Etant donné que ces nutriments sont principalement sous une forme non minéralisée que les plantes ne peuvent pas absorber, les microbes du sol sont nécessaires pour décomposer la matière organique et transformer les nutriments en un état minéralisé biodisponible. En comparaison, les engrais synthétiques sont déjà sous forme minéralisée et peuvent être absorbés directement par les plantes.

Pesticides organiques

Les pesticides organiques sont dérivés de sources naturelles. Ceux-ci incluent des organismes vivants tels que la bactérie « bacillus thuringiensis », utilisée pour lutter contre les ravageurs des chenilles, ou des dérivés de plantes tels que des graines d’Azadirachta indica. Les pesticides inorganiques à base minérale comme le soufre et le cuivre sont également autorisés.

En plus des pesticides, la lutte biologique contre les ravageurs intègre des contrôles biologiques, culturels et génétiques afin de minimiser les dommages causés par les ravageurs. Le contrôle biologique utilise les ennemis naturels des nuisibles, tels que les insectes prédateurs (par exemple, les coccinelles) ou les parasitoïdes (par exemple, certaines guêpes) pour attaquer les insectes nuisibles. Les cycles de nuisibles peuvent être perturbés par des contrôles culturaux, la rotation des cultures étant la plus utilisée.Enfin, la sélection végétale traditionnelle a produit de nombreuses variétés de cultures résistantes à des parasites spécifiques. L’utilisation de ces variétés et la plantation de cultures génétiquement différentes permettent un contrôle génétique contre les parasites et de nombreuses maladies des plantes.

Avantages de l’agriculture biologique

Avantages de l’agriculture biologique

L’agriculture biologique possède de nombreux avantages pour les agriculteurs et les consommateurs :

  • Une augmentation des rendements à long terme grâce à l’utilisation d’intrants abordables basés en grande partie sur la biodiversité locale ;
  • Une amélioration des moyens de subsistance et de la sécurité alimentaire ;
  • Un renforcement la résilience au changement climatique ;
  • Une intégration des pratiques agricoles traditionnelles ;
  • Une lutte contre la désertification ;
  • Une plus grande résilience des systèmes de production en période de conditions climatiques extrêmes telles que la sécheresse et les fortes pluies ;
  • Une amélioration de la santé humaine et maximiser les services environnementaux ;
  • Une contribution à l’atténuation du changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et permet de piéger à moindre coût le carbone dans le sol.

 

Vous connaissez tout désormais sur l’agriculture biologique. Celle-ci permet de préserver l’environnement tout en permettant à l’agriculteur de cultiver de bons produits, et au consommateur de manger sainement. Nous ne pouvons que vous encourager à consommer bio !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *