Tout savoir sur le motoculteur

Tout savoir sur le motoculteur


Tout jardinier et agriculteur sait qu’on ne peut rien obtenir d’un sol dur. Voilà pourquoi il est important de le travailler avant l’ensemencement. Pour ce faire, on peut utiliser la bêche ou la binette, mais lorsque le terrain est vaste, cela peut prendre beaucoup de temps. Heureusement, il est possible d’utiliser des outils motorisés comme le motoculteur.

Qu’est-ce qu’un motoculteur ?

Le motoculteur est un engin agricole conçu pour ameublir, oxygéner et apporter des résidus végétaux au sol. En effet, en retournant la terre, les végétaux en surface vont être enfouis en profondeur pour enrichir le sol tandis que la terre profonde sera remontée en surface.Ce travail du sol est essentiel avant l’ensemencement. Il freine également la repousse des mauvaises herbes.


Ce matériel agricole doit être utilisé par une personne à pied. On l’utilise surtout en horticulture, en arboriculture, en maraîchage et en jardinage.

Le motoculteur ne doit pas être confondu avec la motobineuse qui sert aussi à travailler le sol.

Lire aussi – Comment défricher un terrain ?

Quelle est la différence entre un motoculteur et une motobineuse ?

Les deux servent à travailler la terre afin de la préparer à l’ensemencement. Même s’ils poursuivent le même objectif, il s’agit de deux engins distincts.

Le motoculteur permet de retourner la terre plus en profondeur (de 15 à 40 cm) grâce à des fraises. Il est équipé d’un moteur thermique et de roues équipés de pneus agricoles et dispose d’une cylindrée plus puissante par rapport à la motobineuse. Son équivalent en travail manuel est la bêche.

La motobineuse, quant à elle, permet également de retourner la terre, mais à une profondeur limitée. Elle est dépourvue de roues. Pour avancer, elle se sert de ses fraises, lesquelles lui servent aussi à travailler le sol. Son équivalent en travail manuel est la griffe de jardinier ou la binette.

Les deux engins doivent être tenus à la main ce qui restreint la surface travaillée. Cependant, le motoculteur, grâce à son moteur thermique, permet d’avancer plus vite. En général, on l’utilise pour une surface supérieure à 400 m² et pouvant aller jusqu’à 3 000 m². Dans ce second cas, il serait plus judicieux de le doter d’un soc de charrue pour permettre des labours.

Ceci pourrait aussi vous intéresser – Tracteur tondeuse ou mini-tracteur agricole : que choisir ?

Quelles sont les spécificités du motoculteur ?

Quelles sont les spécificités du motoculteur ?

Le motoculteur est équipé de :

  • Un moteur dont la puissance peut aller de 5 à 8 ch en fonction des modèles.
  • Une chaine ou des cardans qui entraînent les roues.
  • Deux roues larges au profil agraire ou semi-agraire avec chevrons.
  • Fraises qui servent à travailler la terre.
  • Plusieurs vitesses dont une marche arrière pour faciliter la manipulation de l’engin.
  • Un contrepoids avant pour équilibrer l’appareil et faciliter son usage.

Le soc de charrue est installé à titre facultatif selon les besoins de l’utilisateur.

Au-delà de ces spécificités générales, on retrouve des modèles plus performants dont ceux à fraise arrière contre-rotative. Cette spécificité permet à l’engin de casser facilement les mottes pouvant poser quelques difficultés aux motobineuses et motoculteurs de base.

Découvrez aussi – Le Rotavator

Comment utiliser un motoculteur ?

Il suffit d’un bref apprentissage pour savoir comment utiliser un motoculteur. C’est un engin à la manipulation facile puisqu’il suffit de suivre le rythme en le tenant avec les deux guidons. Veillez toutefois à avoir un bon appui sans trop appuyer dessus.

Dans le cas où vous travaillez une surface légèrement pentue, tâchez de limiter la vitesse de l’engin. Et lorsque la pente est assez raide, il faut toujours labourer de biais par sécurité. Notez que le motoculteur, contrairement à la motobineuse, se montre plus habile sur ces types de terrains.

Pour accroître la productivité de ses terrains, il est conseillé de passer le motoculteur lorsque vous voyez que le sol est humide, mais dur. Attention, il ne faut pas l’utiliser lorsque la terre est trop  humide, car le passage de l’engin risque de se planter dans la boue et de faire des tranchées avec les roues.

Comment utiliser le motoculteur en toute sécurité ?

Comme tous les autres engins agricoles, l’utilisation du motoculteur peut s’avérer dangereuse surtout pour les non-initiés. Pour réduire les risques, que ce soit sur un terrain plat ou en pente, il est conseillé de :

  • Porter des gants de protection : si possible, choisissez des gants anti-vibrations pour travailler confortablement
  • Porter des chaussures de sécurité
  • Porter un casque anti-bruits, car l’engin peut être source de nuisances sonores assez fortes
  • Toujours vérifier, avant chaque usage, le bon focntionnement de l’engin,  les vitesses, le filtre à air, le niveau de l’huile du moteur, les pneus et le réservoir à essence.

A lire – Tracteur agricole : comment réduire sa consommation en carburant ?

Comment choisir son motoculteur ?

Il existe de nombreux modèles de motoculteur. Globalement, ils ont à peu près tous les mêmes caractéristiques, mais diffèrent au niveau de leurs puissances moteurs. Les différences de puissance vous permettront de faire plus ou moins facilement le travail demandé et la surface à travailler. Avant d’en acheter un, il faut prêter attention à :

La motorisation

La majorité des modèles aujourd’hui conçus est doté d’un moteur 4 temps. Ils sont alors plus puissants et sont dotés d’une plus grosse cylindrée. Pour expliquer simplement, retenez qu’une grosse cylindrée n’a pas besoin de tourner à plein régime pour donner un bon rendement. Le moteur, étant ainsi plus performant, est aussi plus durable tout en optimisant son potentiel.

En général, la puissance du moteur se situe entre 5 et 8 ch. Si vous devez labourer une surface de moins de 1 000 m², un modèle de 5 ch suffit. Par contre, si le terrain à labourer frôle les 3 000 m², choisissez un modèle d’au moins 7 ch. Les motorisations diesel vont jusqu’à 8 ch. Et entre les deux, on trouve de nombreux modèles de 6,5 ch.

Dans tous les cas, la motorisation ne change rien au fait que le démarrage des motoculteurs (et des motobineuses) se fait toujours grâce à un lanceur.

Aux roues

Les roues des motoculteurs sont spécialement conçues pour un usage agricole. C’est pour cela qu’on parle de « roues agraires ». Plus leur diamètre est large, plus l’engin est maniable puisqu’il ne s’enfonce pas dans le sol.

Des masses d’environ 10 kg sont installées à l’avant pour alourdir des roues. Cela les évite de patiner.

La charrue

Au passage du motoculteur, vous vous apercevrez que ce dernier laisse un sillon dans la terre. Ce dernier est creusé par la charrue, et plus précisément, par sa lame appelée soc. Selon le modèle du soc, on peut avoir :

  • Une charrue simple dotée d’un soc simple : le labourage se fait uniquement dans un sens ce qui fait qu’on obtient un seul sillon en aller simple.
  • Une charrue brabant dotée d’un soc double : le labourage se fait à plein, c’est-à-dire qu’on obtient deux sillons en aller-retour. Toutefois, avec une charrue brabant à ¼, l’autre sillon est perpendiculaire au premier et avec une charrue brabant à ½, les deux sillons sont parallèles.
  • Une charrue vigneronne dotée d’un soc inclinable : le labourage se fait dans les deux sens, mais il est possible d’incliner le soc à gauche ou à droite selon la forme du sillon souhaité.

Les autres points à vérifier

Outre les trois points que l’on vient de citer, il faut également vérifier :

  • le guidon : optez pour un modèle que l’on peut orienter de gauche à droite et de haut en bas
  • le nombre de vitesses : il est possible d’avoir deux ou trois vitesses. Dans le premier cas, on a une vitesse avant et une vitesse arrière. Dans le second cas, on a deux vitesses avant et une vitesse arrière
  • le montage des fraises : normalement, les fraises sont montées sous le moteur et c’est le réducteur situé au niveau du bas moteur qui va les entraîner. Leur rotation est ensuite assurée par une transmission pouvant être à pignon, à chaîne ou à courroie
  • le contrepoids : vérifiez qu’il y en ait bien un, car il garantit la stabilité de l’engin à l’usage.

2 Replies to “Tout savoir sur le motoculteur”

  1. HONVO Olivier Constant

    Merci pour la proposition et l’explication. Si vous pouvez me donner le prix d’achat . Aussi, j’aimerais savoir si cet appareil pourra bien fonctionner dans le nord du Bénin . De même , comment l’obtenir au Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code