Tracteur à 3000 heures : quels points vérifier avant d’acheter ?

Tracteur à 3000 heures : quels points vérifier avant d’acheter ?

Lorsque l’exploitation couvre plus d’un hectare, investir dans des tracteurs agricoles est plus rentable et plus productif. Certes, cela représente un investissement important, mais il existe des bonnes occasions de 3 000 heures qui peuvent encore travailler plusieurs années. Avant d’en acheter, il faut toutefois vérifier divers points pour vous assurer du bon état du véhicule. Quels sont ces points ?

1) L’âge du tracteur

Pour le savoir, demandez au vendeur la date de mise en service du véhicule. Celle-ci correspond à sa première immatriculation.

Une fois la date obtenue, demandez le nombre d’heures de travail effectuées. Plus haut, on a parlé de 3 000 heures, mais il est possible que vous tombiez sur un modèle en dessous ou au-dessus de ce seuil. Dans tous les cas, on parle de tracteurs d’occasion.

Normalement, ces informations doivent être mentionnées sur la carte d’immatriculation du tracteur. Pour savoir s’il reste encore au véhicule quelques belles années à vivre, retenez qu’en moyenne, la durée de vie d’un tracteur tourne autour de 10 ans. La majorité des agriculteurs ne s’en séparent qu’au bout de ce délai, mais il est vrai que d’autres renouvellent leur parc au bout de cinq ans d’utilisation.

Sur une année, avec une charge de travail moyenne, un tracteur devrait effectuer environ 1 000 heures de travail. Cela signifie qu’un modèle de 3 000 heures peut encore accomplir 7 000 heures de travail supplémentaires, soit environ sept années de vie restante.

Attention toutefois, ces chiffres sont à prendre avec réserve. Pour cause : certains tracteurs travaillent plus que d’autres et s’usent précocement. Cela signifie que le critère âge et nombre d’heures ne sont pas décisifs. Il faut faire une analyse plus poussée.

2) L’état du moteur

En premier lieu, vous devez observer le moteur lorsqu’il n’est pas en marche. Remarquez-vous des fuites d’huile sur le turbo ? Du lubrifiant déborde-t-il au niveau du remplissage d’huile moteur ? … Un moteur en bon état doit être bien sec et non huileux.

Une fois cette première vérification faite, vous devez le mettre en marche. Au démarrage, ne vous alarmez pas si vous voyez une fumée noire sortir du pot d’échappement. Cela est normal sauf si la fumée est beaucoup trop dense et qu’elle perdure au bout de plusieurs minutes. Avec un moteur en bon état, la fumée noire doit disparaître petit à petit, au fur et à mesure qu’il se réchauffe. Dans le cas où la fumée est blanche ou grise, cela peut indiquer la présence d’eau dans le système donc une réparation à prévoir.

Si ce n’est pas le cas, attendez que le bloc moteur se réchauffe et prêtez attention au bruit qu’émet le véhicule. Normalement, le cliquetis des poussoirs, très distinct au démarrage, doit s’estomper petit à petit.

Si la fumée et le bruit sont normaux, montez à bord et regardez le tableau de bord du véhicule. Soyez attentif à la température. Si celle-ci monte rapidement alors que vous roulez doucement et que vous n’avez même pas atteint plusieurs mètres, alors le système de refroidissement est endommagé ce qui fait une autre réparation en plus. Vérifiez également les autres voyants pour s’assurer qu’il n’y ait pas d’autres défaillances.

A partir de ce stade, vous pouvez déjà vous faire une petite idée de l’état du véhicule, mais l’inspection n’est pas finie.

A lire également – Tracteur sans carte grise : que faire ?

3) Les niveaux d’huile

Bien sûr, vous pourrez toujours prévoir une vidange lorsque la vente sera conclue, mais en attendant, essayez de savoir si le propriétaire actuel en prend bien soin. La qualité de l’huile va vous mettre sur la bonne piste. Pour le savoir, sortez la jauge d’huile et prêtez attention à la qualité de l’huile qui s’y est accrochée.

  • Si l’huile est bien propre et fraîche, l’entretien a été fait correctement ;
  • Si l’huile affiche une couleur grisâtre et dégage une odeur de brûlé, la dernière vidange remonte à très longtemps donc mauvais entretien ;
  • Si l’huile affiche des petites bulles, de l’eau s’est infiltré dans le système d’huile ce qui n’est pas bon signe.

A lire – Quelle huile utiliser pour votre tracteur ancien ?

4) Le système hydraulique et les filtres

Durant la vérification à moteur éteint, observez un peu le système hydraulique. Si vous voyez des fuites, des réparations sont à faire.

Passez ensuite aux filtres à air qui doivent être bien propres. Si ce n’est pas le cas, il faudra les remplacer.

Quant au radiateur, la présence d’huile à son niveau est signe d’un mauvais entretien.

En savoir plus – Tracteur ancien à vendre : astuces pour connaître sa valeur actuelle

5) La prise de force et le relevage

Sans même avoir à démarrer le tracteur, vous pouvez déjà vérifier le fonctionnement des relevages avant et arrière. Vous pourrez ensuite les tester une fois le moteur en marche.

Jetez ensuite un œil au joint d’étanchéité au niveau de la prise de force et testez-la à la main pour s’assurer qu’il n’y ait pas de jeu. Démarrez le véhicule, mettez-la en marche et observez son mouvement de rotation. S’il ne tourne pas correctement, alors des réparations sont à prévoir.

Si à ce mouvement peu rassurant, vous entendez des cliquetis ou des bruits inhabituels, alors on confirme, vous devrez bientôt appeler votre mécanicien si vous investissez dans ce modèle.

Lire aussi – Tracteur tondeuse d’occasion, que faut-il regarder ?

6) Les rotules de direction

Sont-elles graissées comme il faut ? La bonne réponse doit être oui.

Les rotules s’articulent-elles sans jeu ? Là encore, la réponse doit être affirmative.

Décelez-vous des fragments ou éclats de métal ? La bonne réponse doit être non. Si la réponse est oui, alors il faudra faire des réparations, car ces derniers proviennent d’un mauvais entretien pouvant réduire la durée de vie du véhicule.

7) Les différents organes relatifs à la conduite

tracteur ancien

Après avoir vérifié tous les points sur le véhicule éteint et au point mort, commencez à conduire. Seule la conduite vous permettra de faire l’état des autres organes majeurs du véhicule. Cela concerne notamment les freins, la transmission, la boîte de vitesse et l’embrayage.

Durant cet essai, testez toutes les directions afin d’avoir une idée sur l’état de la transmission. Si vous sentez un jeu, des difficultés ou des vibrations dans la direction, alors quelque chose ne vas pas. Pensez aussi à avancer en marche avant puis à reculer en marche arrière.

Au fur et à mesure que vous accélérez, testez toutes les vitesses. Cela vous indiquera si des réparations sont à faire ou non. Si vous entendez un bruit suspect au niveau des freins et du moteur, cela signifie encore que des réparations sont à faire. Les freins ne doivent pas patiner, mais donner un arrêt net. Il en va de même pour les embrayages.

Lire aussi – Comment bien choisir la batterie pour son tracteur agricole ?

8) Les éclairages et signalisations

Il ne sert à rien d’acheter un tracteur d’occasion dont les éclairages ne fonctionnent pas. Il faut donc tester les phares arrière, le gyrophare, les signalisations de freins et de marche arrière, les clignotants …

9) L’aspect extérieur du véhicule

Ce n’est pas parce que vous vous retrouvez sur le marché d’occasion que vous devez vous contenter de modèles en piteux état. Il y a des tracteurs d’occasion en excellent état ce qui prouve qu’ils ont été bien entretenus par leur propriétaire. C’est déjà bon signe, mais là encore, un critère non décisif.

Néanmoins, prêtez plus attention aux modèles :

  • Avec une peinture d’origine et surtout une peinture non écaillée ;
  • Une carrosserie dépourvue de bosses et d’importantes rayures ;
  • Un véhicule ne présentant aucune trace de rouille, ou très peu ;
  • Dotés de pneus en bon état.

Pour ce dernier point, on vous l’accorde, avec 3 000 heures de travail, les pneus ne peuvent pas être en bon état. Toutefois, durant son utilisation, le propriétaire aurait dû en changer, au moins une fois. Si tel a été le cas, vous devez retrouver des pneus encore utilisables sur le tracteur.

Pourquoi on en fait toute une histoire alors qu’il suffit à l’acquéreur de les remplacer par la suite ? Tout simplement parce que les pneus de tracteur coûtent cher.

Vous devez donc ajouter, au coût du véhicule, le prix de quatre pneus neufs sans compter les petites révisions et réparations à faire. Ne nous leurrons pas, il y a toujours quelques réparations à faire sur un modèle d’occasion. L’important c’est que le coût de ces dernières reste faible et qu’il ne s’agit pas de grosses réparations. Il faut qu’au final, le coût total dépensé ne dépasse pas le prix du neuf, or, avec quatre pneus à remplacer, vous pourrez très bien l’atteindre.

On évite donc les tracteurs avec des pneus entaillés, usés, fissurés ou encore bombés. Pensez à utiliser une jauge de pneu pour mesurer la profondeur de la bande de roulement. Comparez-la ensuite avec le chiffre initial donné par le fabricant. Cela vous donnera une estimation sur la durée de vie qu’il leur reste.

10) L’état de la cabine

Toujours dans l’esprit « état général du véhicule », pensez à monter dans la cabine pour voir si elle est bien propre et bien entretenue. Le siège est-il en bon état ? Les circuits électriques sont-ils intacts ou des fils se baladent-ils ici et là ce qui est signe de quelques mauvais bricolages ? Le plancher est-il propre ? Les composants électroniques fonctionnent-ils tous ?

Testez aussi le système d’autoguidage si le véhicule en est pourvu. Cela concerne les récepteurs, les affichages …

Après avoir observé le tracteur à l’arrêt, au démarrage et à la conduite, vous avez sûrement une idée plus précise de votre décision. Toutefois, avant de l’annoncer, arrêtez le tracteur et faites-en le tour général une dernière fois. Relevez le capot, revoyez les pneus, revérifiez les voyants du tableau de bord … Demandez aussi à voir le journal de maintenance si le véhicule en a, ou les factures des entretiens faits. Durant toute la période d’essai, faites parler le vendeur pour en savoir davantage sur l’historique du véhicule. Demandez-lui également pourquoi il souhaite vendre ce tracteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code