Comment fonctionne un cultivateur ?

Cultivateur : quels sont les différents modèles existants et quand en utiliser ?


Bien travailler le sol est gage d’une bonne récolte. L’agriculteur dispose de nombreux outils pour effectuer cette tâche dont le cultivateur. Pour éviter toute confusion, précisons dès le départ qu’ici, on va parler de l’engin agricole baptisé cultivateur et non de la personne qui cultive. Zoom sur cette machine indispensable à tout agriculteur.

Qu’est-ce qu’un cultivateur ?

Qu’est-ce qu’un cultivateur ?

Un cultivateur est un instrument agricole muni de dents. On l’utilise pour la préparation du lit de semence, pour effectuer un déchaumage et pour tout autre travail du sol. Selon l’usage qu’on en fait, il remplit diverses missions.


Il peut enlever les résidus enfouis dans le sol tout en conservant les matières organiques présentes à la surface. Il laboure la terre sans la retourner et se contente de mélanger les matières organiques en surface. Il enfouit les chaumes et les restes de paille dans le sol pour qu’ils s’y décomposent correctement.

Même s’il travaille la terre à une certaine profondeur, il ne la mélange pas, mais veille à conserver les différentes couches de matières organiques. Après son passage, le sol devrait normalement se présenter comme suit :

  • Une couche rugueuse en surface
  • Une couche fine et plus aérée pour accueillir les semences
  • Une couche pas trop travaillée qui va servir de stockage d’eau pour nourrir les semences

Un conseil : éviter de multiplier les passages du cultivateur sur le sol, car cela peut créer des poches d’air au niveau de la couche profonde. Au fur et à mesure qu’il pleut ou que vous arrosez les cultures, l’air stocké va être remplacé par l’eau et un trop-plein d’eau va faire pourrir les racines et les plantes.

Découvrez d’autres outils pour travailler le sol :

Quels sont les différents types de cultivateur ?

On en distingue principalement deux :

  • Les cultivateurs lourds ou chisels 
  • Les cultivateurs légers ou vibroculteurs

Les deux concourent à travailler le sol, mais différemment.

Quand utiliser un cultivateur lourd ou chisel ?

Quand utiliser un cultivateur lourd ou chisel ?
Déchaumage d’un champ situé au nord-est du village d’Audresselles (Pas-de-Calais), France.

Le chisel est aujourd’hui utilisé pour le déchaumage et pour la reprise profonde de labour. On peut également l’utiliser pour le décompactage. Il est généralement muni de quatre à cinq dents au mètre et offre entre 60 à 75 cm de dégagement sous bâti.

Selon les modèles, les dents peuvent être rigides, semi-rigides ou flexibles. Les socs prennent la forme de scarificateur ou d’extirpateur (en patte d’oie). Pour gagner du temps, il est possible d’installer d’autres équipements à l’arrière du cultivateur tels que des herses à peignes, des rouleaux, des bêches roulantes, des roto-herses … Ainsi, en un seul passage, vous pourrez à la fois émietter la terre, faire un déchaumage et préparer le lit de semences.

L’extrémité de chaque dent est pourvue, soit d’un soc étroit ou un scarificateur pour briser efficacement le sol, soit d’un soc plus large idéal pour le déchaumage. Dans de rares cas, on peut trouver un scarificateur déformé pour optimiser l’enfouissement des chaumes dans le sol.

Pour une efficacité accrue du cultivateur lourd, il est conseillé de bien effectuer le réglage. Il suffit juste d’atteler le rouleau arrière correctement. Pour un réglage en hauteur, il faut utiliser des broches.

Conçu pour des champs de plusieurs hectares, le chisel est à utiliser sur un sol sec. Il est conseillé de limiter la profondeur de travail à 22 cm tout au plus. Et pour accélérer la vitesse de travail, utilisez-le avec un tracteur puissant, mais dont la taille est plus petite que celle du cultivateur lourd.

Pour informations complémentaires, sachez que :

  • La bêche roulante sert à déchaumer le sol.
  • La herse sert préparer le lit de semences, mais pas que. Elle permet aussi d’ameublir superficiellement le sol, de faire remonter les mauvaises herbes à la surface, de le niveler et d’enfouir les semences.
  • La roto-herse, grâce à ses dents rotatives, permet aussi de préparer le lit de semences. On peut lui associer un semoir pour qu’en un seul passage, l’engin agricole prépare déchaume, prépare le sol et sème en même temps.
  • Les rouleaux sont aussi utilisés pour préparer le lit de semences en tassant légèrement la surface du sol. On parle aussi de rappuyage du lit de semences. Ils renforcent la fragmentation des mottes en surface.

Quand utiliser un cultivateur léger ou vibroculteur ?

Travaillant à la demi-profondeur de la couche labourée, le vibroculteur est utilisé pour la reprise de labour et pour la préparation du lit de semence. Dans la pratique, il travaille à casser les mottes de terre obtenues après le labour pour préparer le lit de semences. Il est généralement équipé de quatre à sept dents au mètre avec un dégagement sous bâti de 45 à 60 cm.

Tous les cultivateurs légers sont pourvus de dents vibrantes en forme de « S ». Lorsque la machine agricole est actionnée, les dents vibrent longitudinalement et latéralement ce qui leur permet d’éviter les obstacles. La promiscuité entre les dents évite les remontées de mottes et prévient la formation de lards au niveau des sols à texture plastique ou semi-plastique. Pour renforcer le travail des vibroculteurs, on les complète souvent avec une bêche roulante, des peignes ou encore des rouleaux cages.

Après son passage, la terre fine se retrouve au fond de la profondeur de travail tandis que les grosses mottes restent en surface. La finesse du sol profond favorise la germination tandis que la surface motteuse résiste bien à la battance.

Le vibroculteur est idéal pour travailler les grands chantiers. Pour exploiter au maximum son potentiel, évitez de l’utiliser sur un sol trop humide ou trop sec. Une terre légèrement humide est l’idéale pour que les dents vibrantes puissent casser les mottes facilement.

Quand utiliser un cultivateur ?

Quand utiliser un cultivateur ?

D’une vue globale, il est possible d’utiliser un cultivateur pour diverses missions ponctuelles :

  • Avant le labour :

Cela est effectivement envisageable et est même conseillé pour qu’il n’y ait pas formation de la fameuse « semelle de labour » durant le passage de la charrue. Grâce à cela, le sol reste bien drainé, est plus léger ce qui est propice au développement des racines en profondeur et les vers de terre sont préservés.

  • Après la récolte :

Après la récolte, le passage du cultivateur léger permet de faire remonter en surface les plantes adventices et les mauvaises herbes. Cela permet de nettoyer le sol correctement avant l’hiver sans devoir procéder à un traitement plus complexe.

Cet outil agricole permet aussi de reprendre superficiellement le travail du sol afin d’effacer le relief de surface.

Comment régler le cultivateur ?

Pour un travail efficace de la terre, il est conseillé de bien régler le cultivateur avant usage. Le type de réglage va dépendre du travail à effectuer à savoir déchaumage, reprise superficielle ou bien reprise profonde du labour.

Si vous souhaitez un meilleur émiettement du sol, il faut s’assurer que :

  • Les dents sont plus rapprochées
  • Les étançons vibrent latéralement et longitudinalement
  • Le sol est friable
  • La vitesse d’avancement est assez élevée

Dans le cas où vous souhaitez régler la profondeur de travail, il faut se fier aux roues de jauge.

Enfin, si vous souhaitez effacer le relief de surface ce qui nécessite une reprise superficielle, il faut veiller à ce que l’outil soit pourvu d’un maximum de dents, que la largeur des socs soit faible et que l’outil soit pourvu d’une herse peigne, d’une bêche roulante ou d’une cage roulante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code