Quels outils pour débroussailler ?

Quels outils pour débroussailler ?


4.5/5 - (2 votes)

Savez-vous que le débroussaillage ou débroussaillement peut être obligatoire dans certaines régions ? Et même lorsqu’il n’y a pas obligation, cela reste recommandé surtout dans les alentours des habitations. Pour venir à bout de la broussaille, parfois particulièrement dense, de nombreux outils existent. Le choix dépend de la surface à « nettoyer », des spécificités de la végétation à éliminer et des spécificités du terrain. Découvrez les différents outils pour débroussailler.

Les outils manuels pour le débroussaillage

Les outils manuels pour le débroussaillage

Il existe effectivement de nombreux outils sans moteur que l’on peut utiliser pour débroussailler. Certains les choisissent pour des raisons écologiques, économiques ou tout simplement parce que la zone à nettoyer est assez restreinte. En voici quelques-uns.


La faux

C’est un outil qui permet de faucher efficacement les herbes hautes et les petites broussailles. Elle s’utilise debout et est idéale lorsque la zone à traiter est assez vaste, mais que vous ne disposez pas de machine pour effectuer la tâche.

La faux se compose de :

  • Une longue lame allant de 60 à 90 cm de long
  • Un manche long de 140 à 180 cm
  • Deux poignées : la première se situe à mi longueur tandis que l’autre se situe tout en haut du manche

La lame est fixée perpendiculairement au manche. Les poignées permettent de réaliser le mouvement de balancier, geste très caractéristique de cet outil. Théoriquement, son utilisation semble aidée, mais en réalité, il faut un certain temps d’adaptation pour maîtriser le mouvement de balancier. Une fois que vous avez le rythme, la faux vous permet de réaliser des coupes efficaces et rapides.

Elle peut être utilisée pour faucher des végétations plus résistantes, mais il faut penser à aiguiser et à affûter régulièrement la lame.

Lire aussi – Comment faire un désherbant puissant et naturel ?

La faucille

La faucille est une cousine de la faux. Elle est dotée d’un manche plus court et d’une petite lame courbée. Sa taille plus discrète la rend plus efficace pour nettoyer les zones inaccessibles à la faux, mais contrairement à cette dernière, on l’utilise surtout pour les petites surfaces. Elle est également idéale pour dessiner les bordures, couper l’herbe autour des arbres, raser une petite plate-bande … C’est une version manuelle du rotofil puisqu’elle est surtout utilisée pour les travaux de finition.

Elle s’utilise généralement avec une seule main, mais vous devrez utiliser l’autre pour maintenir les hautes herbes à faucher. Sa lame coupante doit être aiguisée régulièrement pour maintenir son efficacité.

Il existe une variante de la faucille qui n’est autre que le croissant. Ce dernier est pourvu de la lame courbée, mais montée sur un manche plus long.

La machette

Comme la faux, la machette est pourvue d’une longue lame d’environ 50 cm. Son manche est toutefois plus court et la lame est fixée en continuité du manche. Sa forme rappelle celui d’un grand couteau.

C’est un outil efficace qui nécessite toutefois une plus grande maîtrise et beaucoup d’attention. Légère et maniable, elle s’utilise à la volée avec une seule main. Elle permet un débroussaillage aisé, mais il faut affûter régulièrement la lame pour qu’elle reste tranchante.

Sur le marché, vous découvrirez de nombreux modèles de machettes. Certaines sont plus petites et d’autres plus lourdes. Si vous comptez l’utiliser régulièrement, il est conseillé de choisir un modèle léger. Quant à la lame, elle peut être en acier trempé ou en acier inoxydable. Sa qualité est définie par sa teneur en carbone donc renseignez-vous auprès du vendeur.

La serpe

Elle se rapproche davantage de la machette. Elle est dotée d’un manche court sur lequel est montée une lame longue, épaisse et courbée à son extrémité. Cette courbure à la pointe la différencie de la classique machette. Cet outil est idéel pour le débroussaillage et on peut également l’utiliser pour l’émondage, l’élagage des petites branches, couper le petit-bois et parfois même, pour fendre des bûches.

La serpe est un outil efficace, mais sa lame doit également être aiguisée régulièrement. Certains modèles sont pourvus d’une lame à double tranchant. L’une peut être lisse et l’autre dentée comme une scie. On trouve également d’autres déclinaisons comme la serpette, qui est surtout utilisée pour la taille de la vigne.

Vous pouvez l’utiliser d’une seule main ou avec les deux selon vos habitudes.

D’autres outils manuels pour débroussailler

D’autres outils manuels pour débroussailler

A part ceux qu’on vient de citer, d’autres outils peuvent également être utilisés comme :

  • Les couperets
  • Les hachettes
  • Les cisailles
  • Les scies d’élagage
  • Les ébrancheurs …

Ce sont tous des outils tranchants, parfaits pour faucher et élaguer.

Les outils motorisés pour le débroussaillage

Les outils motorisés pour le débroussaillage

Lorsque la surface à « nettoyer » est vaste ou que la végétation à retirer est dense, il est plus intéressant d’utiliser des machines pour le débroussaillement. Elles font gagner du temps et offrent une utilisation plus confortable. Elles sont aussi plus adaptées pour un usage professionnel et/ou régulier. En voici quelques-uns.

La débroussailleuse

C’est l’outil par excellence pour débroussailler. Portatif, il existe des modèles électriques, à batterie et à moteur thermique. Pour faucher la broussaille, la tête de coupe est pourvue, soit d’une lame, soit d’un fil plastique enroulée autour d’une bobine.

La débroussailleuse est pourvue d’un manche télescopique que l’on peut adapter en fonction de son utilisateur. Elle s’utilise debout et avec les deux mains puisqu’elle est dotée de deux poignées. L’une permet de bien maintenir l’outil tandis que l’autre sert à l’orienter sur la zone à nettoyer.

Si vous devez intervenir sur une grande surface, la débroussailleuse thermique est plus conseillée. Certes, elle émet plus de bruit, mais elle offre une autonomie plus intéressante. Pensez seulement à emporter du carburant de réserve dans un bidon pour remplir régulièrement le réservoir de l’appareil. Si vous avez un modèle électrique, prenez garde à ne pas couper le fil lorsque vous opérez. Le modèle à batterie est une alternative entre les deux, mais la batterie a une autonomie limitée entre 30 mn à une heure.

Lire aussi – Normes et réglementations pour l’utilisation des débroussailleuses

Le rotofil

Egalement appelé coupe-bordure, le rotofil est un variant de la débroussailleuse. La différence est qu’il est plus adapté aux travaux de finition et à dessiner de jolies bordures pour les parterres de fleurs et la pelouse. On peut néanmoins l’utiliser pour faucher la végétation herbacée, mais il ne peut pas tailler les ronces et autres plantes plus résistantes.

La tondeuse débroussailleuse

Lorsque la surface à débroussailler est plus vaste, cette machine devient plus intéressante encore. Elle est équipée d’un châssis robuste et de roues surdimensionnées ce qui lui permet d’évoluer sur des terrains accidentées. Cet appareil n’est toutefois recommandé que pour couper les herbes hautes. Si vous l’utilisez pour couper plus bas, des projections de pierre peuvent endommager le moteur.

Dans cette catégorie, on trouve une version autoportée. Cette dernière permet aussi bien de couper les herbes hautes que les ronces et les broussailles.

A découvrir – Quels sont les différents types de tracteurs tondeuses ?

Les outils de débroussaillage à rattacher au tracteur

Les outils de débroussaillage à rattacher au tracteur

Oui, il existe aussi différents outils que l’on peut rattacher au tracteur pour un débroussaillage rapide et efficace. On peut notamment citer :

  • le gyrobroyeur
  • l’épareuse
  • le rotobroyeur …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code