Tailler les arbres : comment bien s’y prendre ?

Comment Tailler les arbres ?


4.7/5 - (3 votes)

Pour nous, tailler les arbres du jardin ou du parc s’installe dans une certaine logique. Attention toutefois de ne pas avoir la main trop lourde. Une coupe inappropriée peut, au lieu de les embellir, les détruire petit à petit. Pour une taille respectueuse de ces êtres vivants, il faut utiliser les bonnes techniques et opérer au bon moment, à la bonne saison . Voici ce qu’il faut savoir.

Doit-on tailler les arbres ?

tailler les arbres
comment tailler un arbre

 

C’est une question que l’on pose trop rarement et pourtant, elle est importante. Globalement, aucun arbre n’a besoin d’être taillé. Chacune de ses ramifications contient des réserves nécessaires pour son développement et chaque taille représente une agression le dispensant de certains nutriments. Autrement dit, la taille fragilise l’arbre, influe sur son système racinaire et affaiblit son système de défense puisque chaque coupe laisse une porte d’entrée aux maladies.


  • Pourquoi a-t-on alors l’impression que l’arbre devient plus vert après la taille ?

En effet, après la taille, de nombreuses petites branches poussent rapidement. Ce sont les « rejets ». A développement rapide, ils sont une arme de défense de l’arbre puisqu’il compense les branches qu’on lui a arrachées. Ils restent toutefois fragiles et ne permettent de compenser qu’une petite partie des réserves perdues.

  • Cela signifie-t-il que la taille ne doit pas se faire ?

Autant que possible, il faudrait l’éviter sauf si cela est vraiment nécessaire. Un arbre dont les branches dépassent chez les voisins devra, par exemple, être taillé régulièrement pour éviter les litiges. Cette nécessité s’impose aussi pour les arbres fruitiers. Pour ces derniers, la taille régulière est conseillée pour améliorer, d’année en année, la productivité de l’arbre.

Dans tous les cas, la taille doit être faite de manière raisonnée. Vous devez également apprendre les bonnes techniques de coupe pour respecter au mieux la physiologie de l’arbre.

Ceci peut aussi vous intéresser  – Entretien d’un terrain : comment bien faire le débroussaillement ?

Doit-on tailler les arbres ?Qu’entend-on par taille raisonnée de l’arbre ?

La taille raisonnée est celle qu’il faut adopter quelle que soit l’essence de l’arbre à entretenir. Elle vise à retirer quelques branches, mais seulement celles qui peuvent poser problème. A travers cette technique, on essaie de conserver au maximum le port naturel de l’arbre, son esthétique et sa santé.

La taille de formation rejoint cette optique puisqu’elle consiste à orienter les jeunes arbres de sorte à ce que leur formation s’adapte aux contraintes du site. Le but : anticiper dès leur formation les futures interventions dont ils auront besoin plus tard, une fois arrivé à l’âge adulte.

La taille raisonnée s’oppose à la taille drastique. Elle comprend diverses règles que tous devraient connaître avant même de penser à prendre l’outil de coupe. Si vous avez des doutes sur vos méthodes, le mieux serait de confier la tâche à un élagueur professionnel ou à un paysagiste.

Découvrez des équipements de protection individuel pour les élagueurs professionnels

Comment bien tailler un arbre ?

Comment bien tailler un arbre ?

Pour bien tailler un arbre, voici les consignes à respecter :

  • Apprendre à connaître son arbre ou ses arbres :

C’est la phase la plus importante. Même s’il existe des techniques de coupe assez standard, un arbre diffère d’un autre. Pour que la coupe ne le fragilise pas, vous devez surveiller le développement de vos arbres au fil du temps. Notez que chaque branche est un moyen d’expression donc apprenez à identifier les ramures importantes de celles que l’on peut tailler sans trop le fragiliser. C’est un travail de longue haleine, mais Ô ! combien nécessaire pour agir dans le respect de Dame Nature. Il devient plus facile d’entreprendre la taille lorsqu’on sait comment l’arbre évolue.

Découvrez aussi comment bien choisir ses arbustes

  • Couper une branche près du tronc :

Lorsque vous souhaitez couper une branche près du tronc, il est important de conserver l’arête et le collet de la branche. Le but est de couper la branche et non pas une partie du tronc. Cela permet d’accélérer la cicatrisation et d’éviter qu’une partie du tronc ne pourrisse à l’intérieur. Les coupes rases sont donc à proscrire.

  • Couper une branche non proche du tronc :

Lorsque la coupe de la branche vise une partie non proche du tronc, vous devez tailler au plus près du bourgeon. Si la taille est trop éloignée, cela va laisser un chicot qui empêche la formation du bourrelet cicatriciel or, ce dernier est nécessaire pour recouvrir la blessure de coupe. Sans le bourrelet cicatriciel, les champignons, les micro-organismes et les insectes dévoreurs de bois peuvent s’y installer et rendre l’arbre malade.

  • Adopter une coupe oblique :

Il faut toujours tailler les branches dans une direction oblique et avec le même angle que l’arête par rapport au tronc. Cela évite l’accumulation d’eau de pluie et favorise le développement du bourrelet cicatriciel.

  • Couper une branche plus grosse :

Que la branche soit fine ou plus épaisse, il est très important d’adopter une coupe nette et précise. Cela évite d’arracher les fibres ou les tissus de l’arbre. Notez que cette enveloppe externe est vitale pour un arbre surtout si vous en arrachez une partie au niveau du tronc. Le seul souci c’est que la coupe nette est plus difficile lorsque les branches sont épaisses (diamètre supérieur à 4 cm). Comment faire alors ?

Commencez par réaliser une première incision sous la branche à couper. Celle-ci doit se situer à environ 30-45 cm du collet et sa profondeur doit être à peu près égale au tiers du diamètre de la branche. Réalisez ensuite une seconde incision à environ 5 cm de la première et cette fois-ci, sur le dessus de la branche. Sa profondeur fera aussi le tiers du diamètre de la branche. Terminez par couper le chicot restant en réalisant une coupe nette en biseau et dans l’angle de l’arête. Grâce aux incisions réalisées, la taille de la grosse branche devient plus facile.

  • Raccourcir un rameau :

Dans le cas où vous devez raccourcir des rameaux, il faut procéder à une taille directionnelle. Cela signifie que la coupe doit se faire uniquement au niveau des zones où le développement du rameau n’est plus possible. Vous pouvez aussi tailler selon l’orientation que vous souhaitez donner aux branches. Dans tous les cas, le raccourcissement doit se faire dans un angle d’environ 30° et à seulement quelques millimètres au-dessus d’un bourgeon latéral. Dans le cas où le raccourcissement concerne une branche, la coupe doit se situer à l’aisselle d’une ramification et ne surtout pas endommager l’arête.

Pour informations supplémentaires, sachez que la ramification et le bourgeon servent d’appel de sève. Même si la branche a été coupée, leur présence permet de faire circuler la sève et de freiner l’apparition de gourmands. Cela accélère aussi la cicatrisation de la plaie.

  • Appliquer un produit cicatrisant :

Après avoir taillé les branches, il est conseillé d’appliquer un produit cicatrisant au niveau des plaies. Notez toutefois que certains types de végétaux, comme les plantes ligneuses, n’en ont pas besoin. Le produit prévient les maladies.

  • Utiliser des outils spécifiques :

Pour que les coupes soient nettes et précises, il faut toujours utiliser des outils spécifiques comme un sécateur, une scie à main, une tronçonneuse ou une tronçonneuse élagueuse, une coupe-branches, un échenilloir … Ils doivent être bien affutés.

Après chaque coupe, il est recommandé de nourrir vos arbres avec des engrais. Cela les aide à se remettre doucement des agressions subies.

Lire aussi – Agriculture : un drone pour réduire la quantité d’engrais et d’eau à utiliser

Quelle est la meilleure période pour tailler les arbres ?

Quelle est la meilleure période pour tailler les arbres ?

On a toujours pensé que la taille doit se faire en hiver. A cette période, toutes les feuilles seront déjà tombées et il est plus facile de déterminer les branches à couper. Et comme l’arbre est au repos végétatif, les réserves sont conservées même en cas de taille. Même si la logique se tient, il est de nos jours courant de tailler à la fin du printemps et vers le début de l’été. On parle de taille en vert.

Cela signifie que la taille a lieu lorsque l’arbre est encore bien vert, avec toutes ses feuilles et en activité végétative. Pourquoi opter pour cette période ? Tout simplement parce que lorsque la sève circule, la cicatrisation se fait plus vite. En hiver, la sève reste stationnaire donc les branches doivent attendre le printemps pour cicatriser. Durant la période où la plaie a été exposée à l’air libre, différents types de parasites ou champignons auront eu le temps de s’installer.

Une taille en début de printemps est déconseillée, car c’est à cette période que la sève commence à remonter. Une coupe va alors engendrer un écoulement de la sève hors de l’arbre. Une taille en début de l’automne, après le mois d’août, est également proscrite, car les jeunes pousses fragiles auront du mal avec le gel.

A lire aussi – Comment défricher un terrain ?

Quand faut-il tailler les arbres ?

Cette fois-ci, on s’intéresse à l’âge idéal pour couper ses arbres.

Idéalement, il est conseillé de ne pas toucher à vos arbres durant leurs trois premières années. Ils sont encore en pleine formation et une coupe trop régulière sur de jeunes arbres va les fragiliser et amoindrir la production, s’il s’agit d’arbres fruitiers. Une taille de formation reste néanmoins possible pour orienter les branches vers les directions que vous souhaitez leur donner et pour retirer les rameaux inutiles et encombrants. A ce stade, il ne faut pas toucher au tronc et la taille doit être légère.

Lire aussi – Désherber un terrain : comment bien s’y prendre ?

Au bout de trois ans, on parle de taille d’entretien. Comme son nom l’indique, cela consiste à entretenir l’arbre pour le débarrasser des branches encombrantes et inutiles. Si vous avez des arbres fruitiers, il y a aussi ce qu’on appelle la taille de fructification. Elle consiste à enlever les branches basses, les branches mortes, les branches qui pointent vers l’intérieur et les branches entrecroisées. Après la fructification, il faut débarrasser l’arbre des fruits pourris ainsi que le sol autour du tronc. Cette taille est qualifiée d’éclaircissement, car elle a pour objectif d’enlever tout ce qui pourrait gêner le développement de l’arbre et favoriser les futures productions.

Enfin, il y a la taille de rabattage. Plus invasive, elle consiste à raccourcir la longueur des branches charpentières et des branches latérales. Au sommet de l’arbre, il faut couper plus court tandis qu’en bas, il faudra couper plus long.

Lire aussi – Débroussailleuse : tout savoir sur cet outil indispensable au jardinier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code